Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 25 février 2017

Harbouya

Harbouya qu'a tant dè mâ,
Harbouya qu'a tant dè mâ :
L'a mâ c'pid-ci
L'a mâ c'pid là !
Il est malâde
I fât qui mour.

Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour, fât-i qu'ti mour,
Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour di tot çoula !

Harbouya a mâ s'botroule,
Tot avâ l'coirps
I sint qui broule
Il est malâde,
I fât qui mour.

Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour, fât-i qu'ti mour,
Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour di tot çoula !

Harbouya a l'cou stop,
I chôque, I chôque,
Si n'pout trotté
Il est malâde,
I fât qui mour.

Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour, fât-i qu'ti mour,
Ah ! pauve Harbouya,
Fât-i qu'ti mour di tot çoula !

Et la foule qui s'amassait joyeuse autour d'Harbouya, et chantait en chœur le refrain, surtout après le dernier couplet

Harbouya n'a pus dè mâ :
I beu bin foirt, si n'magn' nin mâ.
N'est pus malâde,
N'fât nin qui mourt.

Ah ! Vive Harbouya
Qui n'est nin moirt.
Ah ! Vive Harbouya,
Qui n'est nin moirt di tot çoula !