Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

2002 - La Grosse Biesse revient du spectacle

Histoire écrite par Jean-Louis Troquet

Cette année-là, notre amie la Grosse Biesse avait entendu parler d'une grande fête, très amusante, qui se déroulait à Marche au milieu du mois d'août. On appelait cette fête « le Marché aux Oiseaux ». Et la Grosse Biesse mourait d'envie d'y participer. Mais comment faire? Son encombrante présence allait forcément perturber les festivités... Peut-être même déclencher une funeste panique....

La Grosse Biesse s'en alla donc trouver la Macrâle du Chamay qui avait une solution à presque chaque problème. Et, une fois de plus, ce fut le cas. La Macrâle lui vendit, pour la somme modique de 32 EUR, une Potion de Transformation. La Grosse Biesse but la potion et se transforma instantanément en une belle jeune femme aux cheveux blonds, à la robe verte, aux yeux verts. Sa peau avait bien un très léger reflet vert mais il fallait être bien malin pour s'en apercevoir.

La Grosse Biesse, ainsi transformée, se rendit donc au Marché aux Oiseaux. Et comme elle s'amusa! Elle dégusta les gaufres des 3x20, et le bon matoufè, elle grimpa au mât de cocagne, elle dansa avec la Plovinète, elle but la centaurée et l'Elixir du Père Noble, bref, elle n'eut pas le temps de s'ennuyer.

Puis, à un moment, des rires l'attirèrent. Elle vit, devant chez monsieur le Doyen, tout un attroupement. Elle s'approcha. Il y avait là une espèce de petit théâtre et les gens riaient, mais riaient, de ce qui s'y disait. La Grosse Biesse ria aussi. Bien sûr, c'était assez grossier, certaines personnalités marchoises en prenaient pour leur grade. Ce n'était pas des plus relevés, mais qu'est-ce qu'on riait ! Et la Grosse Biesse eut la surprise de sa vie: là, parmi les acteurs, tenant le premier rôle, il y avait son ami Gugusse! Oui, le Gugusse qu'elle côtoyait tous les ans au Carnaval, celui qui sautait dans la toile où l'on faisait aussi sauter les filles !

La Grosse Biesse, intriguée, voulut en avoir le cœur net. Elle attendit Gugusse, après le spectacle, à l'entrée des artistes. Ils allèrent s'attabler au stand de l'Harmonie, mangèrent une djote et burent un frissè pécket. Et, là, Gugusse lui raconta son histoire....