Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

L'unité scoute

Le texte qui suit est tiré d'une conférence de presse que l'unité scoute de Marche a tenue le 16 avril 1986 pour annoncer les festivités qui ont marqué son 50è anniversaire.
Nous ne disposons plus de renseignements au-delà de cette période... sinon que l'unité reste très active au sein de la commune. Elle est d'ailleurs à la base de la formation du groupe des Macrâles... et avant cela du groupe des Mautchîs Mî t'chîs qu'ti!



La création de l'unité scoute de Marche remonte au 22 mai 1936. Les pionniers en sont: Franz SCHMITZ qui occupe les fonctions de chef de troupe, aidé de deux assistants: Albert GIAUX et Jean DOPPAGNE. Albert GIAUX deviendra d'ailleurs rapidement le premier chef d'unité. L'aumonier est l'abbé PIERRET, vicaire à Marche.
La première troupe se compose de 2 patrouilles, celle des SANGLIERS (C.P. Henri DELHAYE) et celle des CERFS (C.P.Henri GRIBOMONT). L'uni té portera le nom de PREUX DU SAINT SEPULCRE et sera répertoriée comme 5ème Famenne. A noter que, curieusement, la première unité de Famenne est celle de CHEOUX.

Un premier camp est organisé à FERAGE en collaboration avec la 11ème unité de Namur. A la fin de l'année, l'unité compte 26 scouts et 4 chefs

Les scouts installent leur local à Nérette, dans une propriété de Mr BOURGUIGNON, mais émigrent l'année suivante dans la propriété du Fond des Vaulx appartenant à Mr F.HANIN, propriété qui est encore actuellement leur lieu de réunion.

 

--------------------------------------------------------------------------------

En 1937, la troupe s'agrandit pour former 3 patrouilles et un nouveau chef d'unité s'installe pour quelques années: le docteur PIERRE LEDOUX, figure marchoise exceptionnelle.
Un CLAN réunissant les aînés est créé dont le chef sera Gérard van der STRATEN. Le camp est dressé à LESSE et côute à cette époque 8OFrs par personne, voyage compris!

1938 voit la création de la première MEUTE de louveteaux qui se réunissent chez les soeurs de Notre-Dame sous la direction de Marthe LEDOUX et d'Armande van der STRATEN. Le camp de 1939 réunit 7 routiers, 33 scouts répartis en 5 patrouilles et 12 chefs coiffés du béret alpin.

--------------------------------------------------------------------------------

1940 et les remous de la guerre voient disparaître sur acte de courage Gérard van der STRATEN et le départ de F.SCHMITZ vers un camp qui n'a rien de scout.
Malgré les difficultés, on parviendra quand même à organiser des camps, en 1941 à WAILLET et à FOCAGNE en 1942. A cette époque, chaque participant était tenu d'apporter un ravitaillement personnel (pommes de terre, sucre et oeufs) et des timbres de viande et de pain. 50 scouts, 20 louveteaux, 11 chefs et 4 routiers connaîtront quand même les joies du camp, déri- vatif appréciable dans cette période de restrictions et d'incertitudes. Deux nouvelles patrouilles ont été créées, destinées à rassembler les collégiens qui, par suite de leur éloignement de Marche, n'ont pas les mêmes possibilités de se réunir. Le port de l'uniforme est interdit et le programme des actvités soumis à la Kommandatur.

--------------------------------------------------------------------------------

En 1942, se crée une deuxième MEUTE qui sera appelée MEUTE PRINCE ALBERT, dont Janine BOURGUIGNON prend la responsabilité, la première portant le nom de MEUTE PRINCE BAUDOIN .
Au cours de l'année 1943, l'aumonier PIERRET est nommé curé à Flavion et remplacé par l'abbé GERVY. Cette époque troublée rassemble un maximum de jeunes qui cherchent dans le scoutisme un dérivatif à la grisaille de la vie courante, d'autant que les distractions sont plutôt rares.

C'est aussi pour les aînés l'époque de la RESISTANCE et des SABOTAGES. F.SCHMITZ et 3 assistants de troupe forment ce que l'on a appelé la BANDE DES 4, reliée directement au groupe de l'A.B.R. duquel ils recevaient les ordres de sabotage décidés par LONDRES. Parachutages d'armes à Noiseux,Champlon et Bande, sabotage de la ligne de chemin de fer Marche-Liège sont des actions courantes. Peu avant la libération, 24 chefs et routiers font partie de l'A.B.R. Malheureusement, l'assistant HENRI MOLEHAN sera arrêté lors d'un transport de matériel et déporté. On n'entendra plus parler de lui.

--------------------------------------------------------------------------------

A la libération, les résistants se regroupent comme prévu à Bande et Noiseux. A Bande, la réaction des Allemands est sévère et le village est incendié, heureusement sans victimes. N'oublions pas aussi les nombreux courriers assurés par les routiers entre les P.C. de Marche, St.Hubert et Rochefort.

1945. Premier camp d"unité d'après-guerre à ROUMONT. Le mouvement scout a bien résisté aux événements de la guerre et compte à ce moment: 46 LOUVETEAUX, 56 SCOUTS, 30 ROUTIERS, encadrés par 11 CHEFS. Durant l'offensive VON RUNSTEDT de décembre et janvier 1945, les scouts et les cheftaines assurent, en accord avec les autorités américaines, un service d'aide matérielle à la population en créant un centre de réfugiés dans une salle de cinéma. Ces réfugiés sont finalement évacués sur NAMUR, accompagnés des scouts. Un deuxième centre est ouvert chez les pères Franciscains, dont le ravitaillement, malgré les dures conditions hivernales, est assuré par les scouts.

--------------------------------------------------------------------------------

Le calme revenu, les scouts camperont successivement à AZY en 1946, BOTASSART en 1947, à BOURSEIGNE en 1948, LE BRULY en 1949 et à MAISSIN en 1950. En 1951, se tient au moment du réveillon une réunion d'anciens. C'est pendant cette année également que naîtra le "BOUTOIR", journal qui se veut le trait d'union entre les membres de l'unité et les parents.
1952, c'est le départ du chef d'unité PIERRE LEDOUX qui après avoir consacré tant d'années au scoutisme malgré une profession envahissante, cède le relais à F.SCHMITZ. Il reste néanmoins médecin de l'unité.

1953 BEVERCEE, 1954 BOIS ST.JEAN,1955 ANNEVOIE, les camps se succèdent au rytme des vacances. L'abbé THIRION succède à l'abbé GERVY en qualité d'aumonier.

En 1957, les chefs de troupe sont J.M. THIRY et M.LENELLE et le mouvement scout amorce un certain déclin, la troupe ne comptant plus que 29 scouts et le Clan 6 routiers. Les rênes de l'unité seront tenues successivement par l'abbé Bouillon, Paul Galloy, Philippe Gustin, M.Vigneron, Daniel Saudmont et Pierre Lahaye. Les archives sont muettes sur cette période qui voit une certaine instabilité de l'unité.

--------------------------------------------------------------------------------

En 1978, le renouveau du scoutisme se concrétise par la séparation des scouts en 2 mouvements: 12/17 et pionniers. Mais l'unité de Marche ne tient guère compte de cette répartition et continue à confondre tous les jeunes en une seule troupe sous la direction de Fr. VAN DEN BOOGAERT et du chef d'unité P.LAHAYE. On fera malgré tout un timide essai de PIONNIERS qui se révèlera très vite un échec.
En 1979, les scouts campent pour la première fois à l'étranger au CAP GRIS NEZ.

J.M.LOBET prend la relève de Fr.VAN DEN BOOGAERT en 1980. L'unité participe au 60ième ANNIVERSAIRE DU SCOUTISME. En 1982, J.P.DUPONT est nommé chef de troupe , J.F.PIERARD chef d'unité et l'abbé HAUPERT aumonier. C'est sous leur direction que la troupe campera successivement à STRAINCHAMP, LOYERS et BOHON.

En 1984, J. LOBET prend la direction de la troupe pour la céder en 1986 à J.L.FREDERICK, au moment où l'unité se prépare à fêter son cinquantième anniversaire.

 

--------------------------------------------------------------------------------

Durant ces 50 années de scoutisme à Marche, près de 1400 JEUNES auront appartenu à un moment donné à l'unité en tant que chef, routier, scout ou louveteau. Ils auront réalisé plus de 50 camps et de nombreuses activités, allant des soirées récréatives aux opérations de secours, de résistance, d'aide à la population, de ramassages de vieux papiers, de participation au carnaval et au moto cross etc... 50 ANS passés à former 1400 JEUNES à respecter les devises "SOIS PRET" et"SERVIR" qui sont les leurs, tout cela dans la joie et dans l'effort.
Dans une ville comme MARCHE, l'unité scoute est une institution toujours bien présente et bien intégrée à la vie de la population. Sous la conduite de ses chefs actuels, elle ne peut que prospérer et se développer.


Vous avez des documents, des photos? Transmettez-les par mail... Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.