Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

2006 - La GB revient de l'école - l'histoire

Histoire écrite par Jean-Louis Troquet


LogoPf-03 Il y a de cela bien longtemps, la Grosse Biesse était encore une Petite Biesse. Monsieur et madame Biesse, ses parents, décidèrent un jour qu'il était temps de l'envoyer à l'école pour qu'elle devienne un fier et beau dragon. Cette école, c'était l'école invisible de magie du Gerny (et si vous vous demandez si elle est encore là, je vous répondrai que oui, et que si vous ne la voyez pas, c'est bien parce qu'elle est invisible ).

Là, notre Petite Biesse fut très heureuse. Elle avait pour condisciples Henri Pottier ( de Aye ) dans la classe des sorciers, Bamban Bibi le faonfaon dans la classe Disney, Jean-François le dauphin dans la classe des Flippers, sans oublier Robbie l'Homme Noir dans la classe des croquemitaines.

La première semaine, elle apprit à cracher le feu. C'était facile : il suffisait de se faire un grand vide dans l'estomac, puis de penser très fort " PEKEPEKEVLA DLA VODKA ", ensuite de rentrer la langue puis de souffler comme on souffle les bougies d'un gâteau d'anniversaire.

La deuxième semaine, elle apprit à voler. C'était facile : il suffisait de déployer ses ailes, de les battre très fort, de ne penser à rien et on se retrouvait en l'air, très haut, plus haut que l'église ou que la Tour de la Famenne ( une fois, notre Petite Biesse pensa qu'elle était vraiment très haut, elle eut peur, elle tomba et elle écrasa dans sa chute un rocher du Fond des Vaulx qu'on appela depuis la Plate Pierre).

La troisième semaine, elle apprit à se battre. Elle combattit ainsi le loup-garou de bois l'Aguesse, puis la vieille Baloûche géante de Marloie, puis le sorcier de Waillet, puis la magicienne Circé qui avait changé en gorets tous les habitants d'un village tout près de Marche. Et elle les battit tous, car elle était, en si peu de temps, devenue puissante et redoutable, la terrible Grosse Biesse, celle qu'allaient tellement redouter les Nutons du Fond des Vaulx.

Alors, diplôme en poche, la tête couronnée de lauriers, elle retourna chez ses parents dragons, heureux et fiers d'avoir mis au monde une telle progéniture.