Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

1998 - Discours de Jean-Luc li Marchien

M. le Sénateur Bourgmestre,

Messieurs les Echevins,

Toutes les personnes importantes qui sont ici, ou qui doivent encore venir,

Chères Marchoises,

Chers Marchois,

 

MOI, Jean-Luc 1er, Grand Marchien, tdraule LOUr après un périple dans les étoiles, assez décapant, suis heureux de retrouver la planète Marche, ses habitants (formidables), son dynamisme (extraordinaire), ses chicaneries (homériques) et ses râleries (permanentes).

Comme vous le savez, la Grosse Biesse, elle, revient du futur. Elle m'a raconté ce qu'elle y a vu. Et ce qu'elle y a vu était ...étonnant!

En 2003

Pendant le mayorat du Bourgmestre Hanin (Philippe, le fils de Charles), grande révolte des commerçants: le F .L.P.C. (le Front de Libération du Petit Commerce), dirigé par Michel Delhaye et Vincent Cosme, et le M.C.C. (Mouvement des Commerçants Cocufiés), dirigé par Thierry Lemaire:

  • plastiquent le G.B.
  • prennent l'échevin Van Barnevelde en otage
  • débriquent le piétonnier et édifient des barricades.
Ils sont finalement défaits par les F .P .C. (les Forces de Police Concentrée) sous les ordres du commissaire Breulet.

En 2006

Première femme bourgmestre de Marche: Brigitte Olivier.

En 2013

Le quartier de la Porte Basse est rasé et transformé en parking, sous l'échevinat de Laurent Lefevre, échevin des travaux.

En 2020

  • Mort du dernier socialiste, qui est empaillé et exposé au Musée de la Famenne (salle Jean-Luc Henry).
  • Guerre de libération des villages.

En 2048

Canonisation de Saint Jean-François Pierard et érection de la Basilique y consacrée.

En 2053

Guerre de libération des villages qui reprennent leur autonomie.

En 2086

Reconstruction des murailles de la ville qui devient entièrement piétonne.

En 2093

Marche est brûlée par les troupes de Bastogne et de Neufchâteau, au cours des Guerres Luxembourgeoises.

En 2121

Transformation de la ville en réserve naturelle et en parc d'attractions à vocation historique.

 

Voilà, Monsieur le Bourgmestre, ce à quoi les Marchois doivent s'attendre.

Et moi, demanderez-vous ?

Eh bien, à votre sujet, la Grosse Biesse est restée muette. Que deviendrez-vous ? Qu'allez-vous devenir ?

La réponse vous appartient. Ce qui est sûr, c'est que jamais vous n'aurez couvert l'abus des élites, jamais vous n'aurez entassé de pécule.

Et maintenant, il est grand temps de revenir à notre temps, où tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, où la circulation est fluide, les commerçants contents et souriants, les parcmètres florissants.

C'est le temps du carnaval!

C'est le temps de la fête!

Attendons encore un peu pour nous coucher avant deux heures du matin.

Que la bière coule, que la joie règne, que le carnaval soit !

Amusons-nous!

Li Marchien