Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

Harbouya... le prédécesseur de Gugusse

La brochure "La Terre Wallonne" du 15 février 1922, à propos du calendrier du Folklore Ardennais, évoquait notamment certaines anciennes coutumes du carnaval de Marche.

Voici ce qu'elle en disait: "Il y avait d'abord le cortège d'Harbouya. Sur un drap de lit que six ou huit masques portaient par les coins et par les bords, un mannequin était couché: c'était Harbouya. D'étape en étape, surtout aux carrefours, les porteurs s'arrêtaient et faisaient danser Harbouya sur sa couche, en relâchant et en tirant le linge par à-coups. On lui imprimait ces soubresauts en cadence, au rythme d'une vieille pasquèye wallonne..." que vous pouvez d'ailleurs retrouver sur YouTube!

En voici les paroles... retrouvées sur Wikipedia avou one explicâtion en wallon...

Aut' version din nos' chansonnier... à cet' page!

Harbouya, c'est ene viye tchanson e walon a môde di repetaedje d' on tinme. Li mwaisse tchanteu dit ene fråze et les djins ki sont-st avou lu li rprindèt tertos eshonne.

On cmince pa :

Harbouya k' a tant des mås. (2 côps)
Il est malåde; (2 côps)
I fåt k' i moure; (2 côps)
L' medcén l' a dit. (2 côps)

Li respleu, c' est :

A ! Pôve Harbouya, fåt i k' i moure, fåt i k' i moure !
A ! Pôve Harbouya, fåt i k' i moure di tot çoula !

Après, on radjoute ene fråze po totes les plaeces k' il a må :

A må ses pîs... (2 côps)
Il est malåde; (2 côps)
I fåt k' i moure. (2 côps)
L' medcén l' a dit. (2 côps)

Li troejhinme coplet, on va rmonter ene miete pus hôt

A må ses bodenes. [1] (2 côps)
A må ses pîs... (2 côps)
I fåt k' i moure. (2 côps)
L' medcén l' a dit. (2 côps)

Et rmonter insi disk' ås tchveas, tot passant pazès djnos, ses coxhes (ses cwisses), a s' vinte, s' botroûle, ses rins, ses spales, ses dints, ses ouys, a s' tiesse, ses oxheas.

Et la partition!

harbouyapf