Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

Histoire & Rétro

Le carnaval de Marche tient ses origines dans un petit personnage moqueur et gai luron que l'on nomme Gugusse.

Celui-ci n'est cependant pas le seul personnage qui participe au carnaval du dimanche gras. En fouillant au coeur de la capitale de la Famenne, nous avons trouvé non seulement des légendes mettant en exergue le travail des petits Nutons, la frayeur causée par les loups, les méfaits des Diables ou des Macrâles, mais aussi une légende assez surprenante concernant une Grosse Biesse qui a maintenant donné son nom au carnaval!

Le carnaval de Marche, c'est donc ce mélange de personnages assez pittoresques auxquels il faudra ajouter le Grand Georges, dernier sonneur public à Marche et le Grand Mautchî qui, avant 1995, portait le nom de Prince Carnaval. Aujourd'hui, Grand Mautchîs et Princes passés sont regroupés sous le nom de Haute Cour.

L'histoire du carnaval marchois est aussi liée aux sociétés locales qui y participent depuis 1960. C'est aussi la tradition des thèmes et des inscriptions humoristiques effectuées sur les vitrines des commerçants marchois.

Enfin, c'est aussi une ambiance qu'on peut retrouver dans un chansonnier revu et corrigé chaque année.

NB: En 1988, le Cercle Historique de Marche publiait une étude scientifique sur le carnaval de Marche. Les origines remonteraient à l'année 1862...

 

Un tableau reprenant toutes les années, les thèmes, le nom des princes (ou grands mautchîs) et le groupe dont ils faisaient partie est disponible en cliquant ici.

Ce sont les 60 ans du carnaval de Marche, devenu en 1995 carnaval de la Grosse Biesse. Tout naturellement, ce sont les Amis du Gugusse, personnage à la base de notre carnaval, qui présentent le Grand Mautchî...

Pour le 57e carnaval, après 17 ans de présidence, c'est Benoît Poncelet qui endosse le rôle de Grand Mautchî. C'est aussi en 2017 qu'apparait un nouveau groupe: "Argouanes & Coprins"

Un an après son 50e anniversaire, le carnaval marchois continue à aller de l'avant. C'est en effet l'année de l'apparition de 2 nouveaux groupes: Louis Z'Attac et Fedimautch.

50e anniversaire oblige, une musique a été créée pour l'occasion, elle est un arrangement des maîtres musiciens de l'harmonie de Marche. On retiendra essentiellement de cette année le lifting de la Grosse Biesse, des Biessons qui l'entourent et de Filou. Deux nouveaux groupes font leur apparition: les Gozaux de Waha et les Mansîs D'jon.nes de Hargimont

Du jamais vu au carnaval de la Grosse Biesse: c'est à dos d'éléphant que le Grand Mautchî a fait sa joyeuse entrée!

Cette année-là, les Baloûches annoncent un envahissement de la ville...

Le géant des Macrâles, Mathildas, est officiellement intronisé!
Le site Web a vu le jour...

Pour la première fois de son histoire, le carnaval sera mené par une femme.

Cette année-là, la Grosse Biesse est accompagnée d'un petit biesson... et de la cabolée!

Le carnaval de Marche devient le carnaval de la Grosse Biesse et le prince porte dornénavant le nom de Grand Mautchî...
Pour la première fois, un spectacle de marionnettes gratuit est proposé aux enfants le samedi sous chapiteau. Le soir, au même endroit avait lieu, également pour la première fois, un cabaret avec, entre autres intervenants, les Mautchîs mî t'chis qu'ti qui proposent un "remake" de leur pièce du 15 août.Au cortège du dimanche, le géant du Grand Georges fait sa réapparition après quelques années d'absence. Il est porté par le volley club.

Le public pourra enfin voir, cette année-là, Noss' Petite, l'héroïne de la légende de la Grosse Biesse

La situation internationale a failli faire annuler l'organisation du carnaval par respect pour les soldats belges partis pour la guerre du Golfe. Finalement, le carnaval aura bien lieu mais une ordonnance de police interdit le port du masque durant les jours de festivités sauf pour les participants au cortège du dimanche...

Pour marquer le 30e anniversaire du carnaval, le comité a édité un ouvrage intitulé "30 ans de carnaval". On y trouve la chronologie du carnaval, des discours de princes, des inscriptions vitrines et la légende du balzinier écrite par J-L Troquet et illustrée par Pierre Bailly et Benoît Feroumont. En outre, cette année-là a dérogé à la tradition puisqu'aucun thème n'a été imposé.

Un record est franchi, celui du poids de confettis commandés: une tonne, du jamais vu à Marche!

C'est la jeunesse de On qui présente le prince de cette année. Normal puisqu'en 1987, ce groupe a reçu le record du plus grand bûcher homologué par le "Guiness Book"

1987 ou... le retour de la Grosse Biesse! C'est après le carnaval 1986 que l'idée de réaliser un char a vu le jour au sein du comité carnaval. Faire rejaillir la légende de la Grosse Biesse à travers une bande dessinée mais aussi à travers un char était l'objectif du comité. L'aspect de la Grosse Biesse est sorti de la mine de Jean-Roch Focant. Jean-Luc Fransolet fut désigné, pour ses talents de bricoleur, comme maître d'ouvrage. L'agrément sera créé par les confettis que la bête crachera. Petit détail: la bête mesurera près de 15 mètres de long, 4 m de haut et 3m50 de large... Autour de la Grosse Biesse graviteront des personnages tricolores dont les costumes sont nés de l'imagination d'Anne Renard.
Enfin, nouveauté supplémentaire, l'entrée au cortège devient payante (40 F) sauf pour les enfants de moins d'1m10...

Le comité carnaval se constitue en ASBL. Il a par ailleurs mis sur pied, du 30 janvier au 02 février 1986, une "Foire du masque". Expositions au centre culturel, séances cinématographiques, animation des rues, colloque, spectacles de danses traditionnelles et défilé de mode carnavalesque au casino étaient au programme...

25e anniversaire oblige, cette année-là les sociétés qui participent au cortège représentent chacune le thème d'un carnaval passé.

Ce sont des jeunes issus de l'Attache et des Mautchîs mî tchis qu'ti qui reprennent l'organisation du carnaval... qui était une émanation du comité des fêtes.

A l'occasion du 20e anniversaire du carnaval, trois géants ont fait leur apparition: ceux des Nutons et celui du Grand Georges. Les anciens princes étaient également présents pour former le jury du concours de chars et groupes... Dans les "Nouvelles de Marche", on pouvait lire cette année-là: "JAMAIS de militaires en tenue mêlés à des personnes déguisées ou masquées"

Nouveauté au carnaval: une semaine après le mardi gras, on célèbre l'enterrement de Gugusse lors d'un bal sous chapiteau avec barbecue. Par ailleurs, le comité organisateur vient de se doter d'un logo, oeuvre de Jean-Roch Focant: un M marchois symbole également du masque de loup...LogoComite1

Quel paradoxe! Ce carnaval "à l'Arabie" s'est déroulé sous la neige...

Le mercredi 3 janvier 1968, le Bourgmestre Jacques Bourguignon réunit les responsables d'associations locales pour constituer un "Comité du Carnaval" afin de prendre la direction de cette festivité qu'il qualifie de "tradition marchoise" car, ajoute-t-il "ce serait dommage, pour tous, d'y mettre fin".

L'année 1962 voit pour la première fois la Grosse Biesse apparaitre dans le cortège.