Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

2000 - La GB revient du pays des Contes - l'histoire

Histoire écrite par J-L Troquet

LogoPf-17 Tous les Marchois connaissent la Grosse Biesse du Fond des Vaulx et apprécient son équanimité, sa sagesse et sa gentillesse. Mais peu d'entre eux savent bien que, bien loin, dans un pays plus qu'étrange, leur chère Biesse est fameuse pour ses exploits.

Cela commence par une lettre que reçut la Grosse Biesse. Cette lettre disait:

 

Chère Grosse Biesse,

Ceci est un appel au secours. Notre fille chérie, la princesse Aurore, a été enlevée par un gentil chevalier. Et, comme chacun sait, pour délivrer une princesse amoureuse, il faut un dragon. Or, nous sommes à court de dragons (cet imbécile de Georges a tué le dernier). C'est pourquoi nous faisons appel à vous.

Votre dévoué Obéron, roi du Pays des Fées.

 

La Grosse Biesse, aussi bonne que brave, partit sur le champ pour le Pays des Fées.

Arrivée là, il lui fallut moins d'une demi-journée pour retrouver les tourtereaux, carboniser le chevalier et rendre la princesse à ses parents.

La nouvelle fit le tour du Pays des Fées.

Nombreux furent alors ceux qui vinrent quérir l'aide de notre Biesse: il y eut un ogre à qui un affreux garnement avait dérobé une superbe paire de bottes; il y eut une vieille, toute brûlée, dont la maison en pain d'épices avait été à moitié dévorée par deux marmousets, un frère et une soeur d'une imprudence rare; il y eut une citrouille, quatre souris et un bon vieux chien qui, à l'insu de leur plein gré, avaient été transformés en carrosse et équipage; il y eut le fantôme d'un malheureux barbu, occis traîtreusement par ses beaux-frères; il y eut un vieux méchant loup roulé dans la farine par une abominable gamine en rouge; il y eut une autre pauvre vieille que sept personnes de petite taille avaient précipité du haut d'une montagne.

Il y eut tant et tant que la Grosse Biesse ne savait plus où donner de l'écaille. Mais tous reçurent son aide et, pour la remercier, promirent de lui rendre visite en son Pays de Marche.

Or, il paraît que cette visite est imminente et, qu'un beau jour du mois de mars, on pourra voir déambuler dans les rues de la ville notre chère Grosse Biesse et tous ses nouveaux amis.

Qu'on se le dise!