Carnaval de la grosse biesse

Marche-en-Famenne, 22 & 23 février 2020

2000 - Discours de la Grande Mautchwesse

2000 17 DISCOURSIls sont fous ces marchois!
Une femme!!
Une femme Grand Mautchî!
Du jamais vu, du jamais osé!

Déjà une femme présidente du comité carnaval il y a presque 10 ans de cela, il fallait l'oser!
On a dit d'elle à l'époque: "Avec un nez pareil? C'est sûrement une Lobet!
Une femme? Peuh! On va bien rire! Ca va pas durer!

C'était compter sans mon caractère, mon enthousiasme, ma disponibilité et mon obstination!
C'était aussi compter sans l'équipe qui derrière cette femme s'est (re)constituée, s'est (re)partagée la tâche et vous a renouvelé et (re)stimulé le carnaval marchois.
C'était aussi compter sans vous pour qui le carnaval est sacré, moment de guindailles inoubliables bien sûr, mais aussi moments d'amitié et de réconfort mérités.

Alors, que le capitaine du bateau soit homme ou femme, à Marche peu importe, le but a été chaque année atteint. Le carnaval de la Grosse Biesse vit bien!

Le carnaval de la Grosse Biesse, une affaire d'homme?

Pas à Marche en tout cas, à commencer par les femmes du Comité organisateur.
Que serait la manifestation sans les idées et les prestations de Marie-France, Christiane, Chantal, Martine, sans le sourire enjôleur de Anne, sans le mordant de Christine, sans le soutien discret de Marie-Anne, Patricia et de toutes les autres
Que serait l'harmonie sans le boum boum et que serait la Plovinète sans les 1 / 2 / 3 pouf de not' Joëlle?
Que serait le groupe

des Amis du Gugusse sans le sourire du grenadier Maria-Theresa?
Comment seraient habillés les gilles et les biessons, Mesdames, sans votre intervention?
Et où auraient lieu toutes les préparations?
Où Jean-Louis de RMG et la fine équipe distilleraient-ils le venin des vitrines si Claire du Charleroi et Martine de la Taverne ne les avaient laissés entrer?

Bon d'accord, pour le côté consommation et rentabilité, il faut reconnaître que là, on a besoin des hommes - quoi que...!

Des hommes à Marche, on en a aussi: des gentils et des méchants, des travailleurs et des fainéants, des jeunes, des beaux, des papas, des sympas, des papys, des gendarmes, des policiers, des pompiers, des ouvriers, un mayeur, un commissaire et une poignée de bons princes. De beaux princes charmants et des Grans Mautchîs épatants.

J'ai eu l'occasion de vous en présenter quelques-uns. Ils m'ont chacun laissé des souvenirs impérissables: du plus timide au plus bavard, du plus petit au plus grand, il y a eu...
les malades de peur,
les bégayants de trac,
les rouges d'émotion,
les blancs de crainte,
les verts de froid,
les jaunes de crise de foie

Tous artistes dans leurs fonctions, coiffeux, trompetteux, banquier, rentier, ouvrier, blanchisseur, commerçants, sportif, industriels, ils se reconnaîtront.
Ils sont presque tous là aujourd'hui pour m'accueillir, me soutenir, bientôt m'introniser dans la Haute Cour.
C'est finalement avec beaucoup d'émotion que je les vois et que je vis au travers d'eux et de leurs groupes , aujourd'hui, votre reconnaissance et mon intronisation.

A vous tous qui êtes rassemblés là pour moi et qui m'applaudissez, je vais vous demander un petit rappel/bis pour eux en souvenir de leurs samedis.

Cependant, à propos de la Haute Cour Marchoise, il me vient une crainte: aurais-je droit à un chapeau? Comment sera mon chapeau? Vont-ils y mettre une plume d'autruche, de faisan ou de paon? Vont-ils coudre une voilette? Sera-t-il rond, carré ou difforme? Un bicorne peut-être?
Sera-t-il de velours? (pour une tête de fer) Ou bien de feutre?
Sera-t-il vert ou doré?
Voilà qui va encore leur poser bel embarras!
Allez, soyez bons princes, arrêtez de discuter... et qui vivra verra!

Au chapitre des hésitations, une autre question:

Il y a eu la femme des années 80 chantée par Michel Sardou. Vous avez maintenant à Marche votre femme de l'année 2000. Comment allez-vous donc m'appeler? C'était déjà d'un compliqué avec "Grand Mautchî" ou "Grand Mautchwè"!
Habitait-il à Marche? Etait-ce un vrai Marchois? (vous savez, genre Gugusse: "un bien dans les murs, râleur, fier de l'être, obtus, buveur, etc.) ou était-ce un étranger?

Et bien oui, avant la saga des chapeaux, on avait eu la saga des appellations. Bon alors, on avait finalement dit "Grand Mautchî". Mettez donc un peu au féminin (et peut-être à l'avenir au féminin pluriel...)
Les linguistes carnavaleux marchois ont tranché, ce sera "Grande Mautchwesse" (c'est plus élégant que ...)

Je précise tout de suite que "Grande Mautchwesse" n'a rien à voir avec le féminin de moche, mochesse, ni avec vos lendemains de carnaval... mô l' tchesse!
Mais je sous autorise à utiliser le trux psychotechnique qui vous convient.
Dans le doute, appelez-moi simplement "Votre grandeur" ou "Madame".

Je n'arrive pas avec une manne de recommandations, ni d'ordonnances car, au cours des nombreux carnavals précédents, l'air de rien, je vous les ai déjà toutes fait appliquer.

Cependant, il me plairait en ce jour d'en rajouter...

J'ordonne aux ALE d'arrêter de se reposer et de venir balayer les escaliers de la ruelle des Loups et tous les beaux petits coins de Marche plus de 2 fois par an.

J'ordonne à Jean-Luc Fransolet d'arrêter de faire son cinéma au moins le week-end carnaval pour mieux profiter de la fête et encore mieux compter les sous du comité carnaval.

J'ordonne à Thierry Renard d'arrêter de faire la macrâle quand il participe aux 6 heures cuistax et de s'y donner à fond.

J'ordonne à Joëlle de la Plovinète, pas la p'tite mais la grande, de rester calme les veilles de spectacles ou d'Européades. Si nous n'avons pas l'air, nous sommes tout de même sérieux et nous assumerons toujours avec le sourire (parfois en tremblant).

J'ordonne à l'administration communale de reconnaître enfin l'utilité culturelle de la Plovinète et de lui fournir d'urgence un local salubre.

Dans la foulée, j'ordonne aussi à Gérard d'apprendre à temps la danse annuelle des Européades!

J'institue Benoît Poncelet Grand Gardien Surveillant du camion Sodebo afin d'éviter la transformation en garçonnière ou en hôtel de passe durant les bals carnaval.

J'institue Jean-Luc Jacmart Docteur ff au home Libert. Il y sera assisté par Momed et Luc, infirmiers brigadiers confirmés. Ceci en souvenir de son règne.

J'ordonne au comité carnaval, hommes et femmes, d'aller bien vite enfiler collants roses ou bas résilles et d'être, enfin, prêts pour leur spectacle au cabaret de ce soir.

J'ordonne aux Mautchîs Mî tchî qu'ti de créer une belle marionnette fée-rie avec un nez - pas trop grand un bel habit de fête, un bagou dynamique mais pas trop vulgaire, et de l'appeler Marie en souvenir de moi... rendez-vous au 15 août!

J'ordonne également à l'ASBL Fonds des Vaulx de transformer enfin la prairie prsè de l'étang en pâture pour bétail et d'y installer rapidement les ruminants Gall'o 'way mais surtout de leur laisser accès à l'ancienne buvette!

Je déclare les élèves de l'athénée primaire de Marche dignes petits citoyens carnavaleux.

Enfin, je vous demande de faire confiance à Benoît Poncelet - dit Jérôme de père en fils depuis bien plus de 50 ans - nouveau coordinateur du comité carnaval (toujours assisté par la même équipe) et de continuer à faire la fête avec nous au moins une fois par an à Marche.

Je tiens à votre disposition Primpéran, aspirine et certificats médicaux pour lundi, mardi et mercredi

C'est vrai, j'aurais pu vous parler des travaux de la Place aux Foires, des travaux à Nérette, de la restauration de l'église, des prochaines élections, du conseil communal, de la pension du commissaire, des commerçants, du Syndicat d'Initiative, de la Maison du Tourisme, de l'Euro, de banques et d'assurance, mais j'ai préféré vous parler de vous les carnavaleux et de votre fête.

Pas de politique à Marche ce week-end, simplement la fête.

Je voudrais terminer par quelques remerciements pour ce week-end de réjouissance et de bonheur, pour la transformation de Cendrillon:

remerciements à mes comités, comité carnaval, comité de la Grosse Biesse, Plovinète;

remerciements à Pascal, mon vrai mari, pour son soutien, les engueulades, les idées, et sa rigueur assouplie dans la préparation de la fête;

remerciements à ma petite cour Anastasia, Cunégonde et Javotte alias Julie, Chloé et Justine;

remerciements à Hugues qui, se débattant dans les nuances a bien failli me réaliser un char vert uni (vert bouteille évidemment) et Colette qui a bien pris les choses en main et a savamment réparti les tons et réalisé les cocktails

remerciements aux nombreuses petites mains, parfois anonymes qui ont fabriqué char et costumes, préparé les réceptions, les décors, ...

remerciements à la Porte Basse, vous savez l'Pwèt lô vô qui fête aussi son 40e carnaval, groupe tellement ancien qu'il ne compte pratiquement plus que des anciens Princes ou Grands Mautchîs;

remerciements à Laroche et tout particulièrement à Patrick Ier

et surtout remerciements à vous tous d'être là!

Riez, chantez, dansez, guindaillez jusqu'à mercredi matin, à ce moment-là, vous penserez à moi parce que "Mô l'tchesse"!

Faites la fête, qu'aux quatre coins de la Province on sache qu'on s'amuse à Marche!

2000 12 DISCOURS  2000 13 DISCOURS  2000 15 DISCOURS  2000 16 DISCOURS  2000 18 DISCOURS